78 % des européens roulent avec des pneus sous-gonflés

Temps de lecture : 2 minutes

Rouler avec des pneus sous-gonflés est dangereux, pourtant une récente étude révèle que 78 % des européens prennent ce risque. Pour les gestionnaires de flotte, sensibiliser leurs collaborateurs est essentiel et permet de faire des économies. Car en plus, c’est gratuit !

Des statistiques alarmantes en Europe

Les véhicules en Europe roulent-ils sur des œufs ? En effet, 78 % des pneus contrôlés lors de 28 000 visites en 2012 étaient sous-gonflés, révèle une récente enquête réalisée par Bridgestone. Un bilan inquiétant, d’autant plus que cette statistique a augmenté de 25 % depuis 2011 et se détériore chaque année depuis 8 ans ! L’état d’usure des pneumatiques va même au-delà de la limite légale pour un quart des véhicules contrôlés, contre 20 % en 2011, selon le manufacturier.

Une bonne maintenance des pneus fait réaliser des économies

Les raisons invoquées sont avant tout économiques : hausse du prix des carburants et érosion du pouvoir d’achat. Pourtant, les pneus peuvent être gonflés gratuitement en stations-service. Un contrôle mensuel est donc fortement préconisé. Ces arguments sont pourtant contraires à la réalité, puisque laisser ses pneus sous-gonflés engendre un surcoût important :

  • Les consommations de carburants et les émissions de CO2 augmentent. Un sous-gonflage de 0.5 bar provoque une hausse de 2,4 % de consommation supplémentaire environ.
  • Avec une pression insuffisante, les pneumatiques se détériorent plus vite, et devront donc être changés plus souvent.
  • La tenue de route et le freinage sont mis à mal, notamment sur route mouillée. Les risques d’accidents sont donc plus importants.

Des pneus identifiés comme dangereux

Cause de 153 000 accidents en Europe chaque année, les pneus détériorés ou sous-gonflés sont dangereux. Ils sont responsables de 6 % des accidents mortels sur la route et de 9 % de ceux qui surviennent sur autoroute. En été, combinés à une surcharge et à la chaleur, ils sont en cause dans 15 % des accidents mortels !

Des pneus détériorés punis par la loi

Selon l’article R.341-1 du Code de la route, « les pneumatiques, à l’exception de ceux des matériels de travaux publics, doivent présenter sur toute leur surface de roulement des sculptures apparentes. Aucune toile ne doit apparaître ni en surface ni à fond de sculpture des pneumatiques. En outre, ceux-ci ne doivent comporter sur leurs flancs aucune déchirure profonde. » Le risque ? 135 euros d’amende et une immobilisation du véhicule.

 

A lire également : 

Gestion de flotte : la “Green attitude” a le vent en poupe !
Pneumatiques : un organe clé du véhicule


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA