Nuisances sonores : l’Europe veut mettre en sourdine les véhicules

Temps de lecture : 1 minute

La circulation automobile, première source de nuisances sonores en milieu urbain, est dans le viseur du parlement européen, qui a adopté le 2 avril dernier un projet de loi visant à durcir les normes d’émissions sonores des voitures neuves. Pour les constructeurs automobiles, les efforts à fournir seront importants : la norme, aujourd’hui fixée à 74 décibels, sera progressivement réduite à 68 décibels* (à partir du 1er juillet 2016, puis en 2020 et 2024). La loi prévoit aussi d’introduire un système d’étiquetage, comme pour la consommation de carburant ou les émissions de CO2, afin d’informer les acheteurs du niveau sonore des nouvelles voitures. Paradoxalement, le texte prévoit également de rendre plus audibles les véhicules électriques en les équipant de système sonore d’avertissement à partir du 1er juillet 2019. Le silence « excessif » est en effet dangereux pour les piétons, pour qui le son des moteurs sert souvent de repère pour détecter les véhicules à proximité.

*Six décibels de moins équivalent à une réduction de trois quart du bruit émis.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

1 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA


  1. Yoann Graci

    Merci Bruxelles, je vis à Paris dans le 15ème, et j’admets bien volontiers qu’une baisse du bruit du trafic fera du bien à mes pauvres oreilles, et à mes we !