Chefs d’entreprise : le risque routier pris au sérieux

Temps de lecture : 1 minute

Selon une enquête* réalisée par l’Ifop pour l’association PSRE (Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise), le risque routier lié aux déplacements professionnels préoccupe de plus en plus les chefs d’entreprise. Les Documents Uniques établis par les entreprises révèlent en effet que 68 % d’entre eux identifient ce risque comme important. Un chiffre en nette progression, puisqu’ils n’étaient que 41 % à évoquer la route lors d’une enquête similaire réalisée en juillet 2010.

La crainte d’être mis en cause en cas d’accident domine. 86 % des dirigeants ont conscience que leur responsabilité peut être engagée. 81 % savent être passible d’une amende et 56 % pensent qu’une peine de prison est possible si un accident professionnel touche un de leurs collaborateurs.

L’employeur, s’il est coresponsable avec son salarié d’un accident mortel, risque une amende maximale de 45 000 € et une peine de prison pouvant aller jusqu’à 3 ans.

Du retard dans la mise en œuvre d’actions de prévention

Cette évolution des mentalités ne se répercute que très peu sur le nombre d’actions de prévention mises en place. Ainsi, seulement 38 % des dirigeants déclarent s’investir pour lutter contre le risque routier, même s’ils sont 3 sur 4 dans le secteur du BTP : contrôle de la validité des permis de conduire (54 % d’entre eux), sensibilisation sur des sujets comme le portable au volant (62 %)… Un manque surtout valable pour les très petites entreprises qui, selon leurs chefs d’entreprise, manquent de ressources pour les développer.

*Enquête réalisée du 7 au 16 octobre 2014 auprès d’un échantillon de 800 dirigeants d’entreprise de moins de 500 salariés.

 


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA