TPE/PME : le risque routier sous-estimé

Temps de lecture : 1 minute

75 % des chefs d’entreprise de TPE/PME n’ont pas conscience que le risque routier est la principale cause d’accidents mortels dans le milieu professionnel, selon une étude* réalisée par l’Ifop pour la MMA. 62 % des personnes interrogées sont conscientes que leur responsabilité peut être engagée lors d’un accident de la route survenant lors d’un trajet en mission (37 % le pensent pour les trajets domicile-travail). 51 % estiment risquer une amende, 37 % une peine de prison et 14 % une perte de points sur le permis de conduire. Ils sont par ailleurs 56 % des dirigeants à assumer la sanction et payer l’amende lorsqu’ils reçoivent un PV pour une infraction commise par un salarié (29 % dénoncent le salarié responsable).

Les petites entreprises ne sont que 17 % à engager des actions de sensibilisations à l’attention de leurs salariés. Le secteur des services est le moins concerné, avec 1 entreprise sur 10 seulement, assez loin du secteur du BTP, où 38 % des entreprises développent une politique de lutte contre le risque routier (inscription dans le document unique, vérifications des véhicules ou du permis de conduire, formations, réduction des déplacements des salariés…).

 

*Etude réalisée du 23 au 31 mars 2016 par l’Ifop pour la MMA, auprès d’un échantillon représentatif de 602 dirigeants d’entreprise française, d’effectif compris entre 1 et 49 salariés.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

1 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA


  1. François Martinez

    Difficile d’engager des actions sur le long terme, donc efficaces, lorsque l’on est une TPE avec d’autres impératifs. Je ne dis pas que c’est bien, mais c’est une forme de fatalité.