Stationnement à Paris : vers une privatisation de la verbalisation ?

Temps de lecture : 1 minute

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé son projet de privatisation des contrôles et de la verbalisation pour le stationnement dans les rues de la capitale.

L’objectif est clairement affiché : améliorer le taux de respect du stationnement rotatif. En effet, Paris détient l’un des plus mauvais taux en France, avec seulement 10 % des personnes stationnées qui paieraient lorsque c’est obligatoire, contre 40 % en moyenne nationale. Cette fraude générale représenterait un manque à gagner de plus de 300 millions d’euros chaque année.

En confiant cette mission au privé, la Mairie va réaffecter les 1600 agents sur le terrain à des “missions prioritaires”. Certaines tâches comme la gestion des stationnements gênants ou les fourrières restent néanmoins de leur responsabilité. En tout, quelques 3 500 agents verbalisateurs traqueront ainsi les contrevenants. Paris garde également la main sur la perception des recettes et continuera à fixer les tarifs des places comme des amendes.

Le Conseil de Paris statuera sur cette proposition qui, si elle est validée, pourrait être mise en œuvre à partir du 1er janvier 2018. A suivre…
Vous apprécierez aussi :
Le point sur la législation automobile à Paris
Véhicule anciens : Paris décale ses sanctions


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA