Insonorisation du véhicule : trouvez le « juste bruit » !

Temps de lecture : 3 minutes

Le bruit automobile fait résolument partie du monde qui nous entoure. Il génère des nuisances, procure du plaisir aux amoureux de mécanique et peut même être source de confort quand il se fait discret… Entre la lutte contre les décibels et la recherche du moindre son indiquant peut-être une défaillance, comment trouver « le juste bruit » ?

Le bruit d’une voiture, c’est avant tout celui de son moteur, qu’il soit apprécié ou non. C’est également sa résistance aérodynamique, son pot d’échappement et le son des roues sur l’asphalte. Autant d’éléments qui, au fil des années, se font plus discrets afin d’offrir aux conducteurs et ses passagers des conditions plus agréables.

Isolation phonique automobile : de réels progrès

Les voitures ont gagné en aérodynamisme, limitant ainsi une partie de la résistance au vent et des vibrations. Les moteurs, plus petits, se font aussi plus silencieux. Et c’est d’autant plus le cas avec les moteurs électriques qui laissent au roulement la quasi-exclusivité du bruit émis !

Les véhicules sont également tapissés d’une multitude d’isolants composés de matériaux réduisant l’acoustique (mousse, toison, fibre de verre, amortissant liquide, polyéthylène…), complétés par des joints très efficaces notamment au niveau des portières. Les vitrages feuilletés sont aussi gages de progrès en la matière. Enfin, des « silencieux » d’admission d’air ou d’échappement (de petits dispositifs spéciaux) favorisent une réduction du bruit, tout comme les suspensions sans cesse améliorées.

>>> Cet article vous intéressera aussi : L’alternative « électro-mobilité » se précise…

La carte TOTAL, un concentré de solutions pour votre MOBILITÉ !
Zéro Note de Frais, Espace Client dédié à la gestion de flotte, récupération TVA facilitée...

Insonorisation de l’habitacle : comment aller plus loin ?

Des isolants, sous forme de tapis ou de plaques à placer dans des endroits stratégiques (comme le coffre par exemple), peuvent absorber une partie du bruit. Sous le capot, même si des isolants sont présents d’origine, il est aussi possible d’en changer en suivant les conseils de professionnels et à condition que le matériau soit étanche et résistant aux fortes chaleurs, comme la fibre de verre.

Restez en alerte !

insonorisation voitureL’isolation totale du conducteur par rapport à son environnement n’est pas pour autant conseillée. Presque aussi importante que la vue, l’ouïe est primordiale lorsque vous circulez : klaxons, voiture qui dépasse, sirène d’un véhicule d’urgence… au milieu du brouhaha général, de multiples indications sonores vous aident à conduire sans heurts. Cette mise en alerte, si elle peut être fatigante, casse aussi la monotonie qui peut engendrer l’assoupissement du conducteur. A l’intérieur de l’habitacle, le son vous accompagne aussi pour l’analyse du couple moteur et le changement des rapports.

Ces bruits anormaux qui peuvent indiquer une défaillance de votre voiture

Le bruit du moteur d’un véhicule est aussi une mine d’informations utiles lorsque vous conduisez, au même titre que les voyants du tableau de bord. Chaque sifflement de roue, grincement de direction ou de suspension... sont autant d’indications sur l’état des pièces et doivent vous alerter. Ils peuvent en effet signaler un problème grave lié aux freins, aux pneus ou à la boîte de vitesse. N’hésitez pas, alors, à contacter rapidement un mécanicien qui pourra effectuer un diagnostic complet et réparer les pièces défaillantes si besoin.

Bruit et automobile : une question sensible

Ce besoin d’attention est d’ailleurs une des raisons pour lesquels il est interdit de conduire avec un téléphone ou équipé d’oreillettes / casques audio, depuis le 1er juillet 2015, sous peine de se voir infliger une amende de 135 euros et de perdre 3 points sur le permis de conduire.

Et écouter de la musique très fort ? Là aussi, ce n’est pas autorisé (mais ça ne l’était pas non plus avant 2015). Cette infraction est passible de 75 euros d’amende, sans quantifier pour autant le seuil de décibels amenant la sanction. A noter par ailleurs que le seuil de danger pour l’oreille est d’environ 85 décibels.

Enfin, un véhicule trop bruyant peut lui aussi être sanctionné, cette fois d’une amende de 90 euros. Une situation qui réclamera généralement un passage chez le mécanicien afin de connaître l’origine du problème et de le résoudre.

TOTAL FLEET Le Mag vous recommande aussi :
Routes du futur : fiction ou réalité ?
Nuisances sonores : l’Europe veut mettre en sourdine les véhicules


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA