Portière auto : plus qu’une simple porte, un vrai concentré de technologies

Temps de lecture : 4 minutes

Si la portière auto est l’équipement utilisé à chaque fois qu’on monte et qu’on descend d’un véhicule, on oublie bien souvent de la compter parmi les accessoires de son véhicule. Pourtant, c’est elle qui donne son originalité à votre voiture, et elle comprend parfois son lot de technologies insoupçonnées : à quand la fin des poignées et des serrures, par exemple ? On vous dit tout sur la portière auto !

Portière de voiture : tour d’horizon des modèles existants

Selon les modèles, les automobiles sont équipées soit de trois portes (les deux portières avant et le coffre) soit de cinq portes (les deux portières avant, les deux portières arrière et le coffre).

Il existe plusieurs types de portières d’automobiles. Tour d’horizon des plus courantes.

  • La portière standard est la plus commune : elle s’articule sur une charnière située à l’avant de la porte, pour une ouverture classique vers l’avant.
  • La portière coulissante, souvent arrière, s’ouvre en se coulissant et non en se tirant, grâce aux rails placés sur la carrosserie qui accompagnent la portière dans son mouvement. Ses avantages principaux : l’accès facilité à l’intérieur du véhicule et la possibilité de l’ouvrir sans espace large sur le côté, comme sur un parking ou en double file.
  • La portière « suicide» comporte une charnière située à l’arrière de la porte, pour une ouverture inversée vers l’arrière. Ce type de porte était tombé en désuétude à cause du risque d’ouverture inopiné pendant la conduite. Les portières à ouverture inversée sont de nos jours totalement sûres
  • La portière antagoniste comporte une portière standard à l’avant et une portière suicide à l’arrière. portiere papillonElle est typique des monospaces modernes, dont elles améliorent l’accessibilité et dont elles facilitent la manipulation de la banquette arrière.
  • La portière papillon (ou en ciseaux) s’ouvre verticalement, vers le haut : elle est le plus souvent présente à l’avant d’un véhicule qui ne possède pas de portières arrière. Ce système plutôt rare équipe des véhicules très prestigieux comme les Lamborghini : elles sont ainsi surnommées « Lambo Doors ». La portière papillon est très fréquente sur les GT : Aston Martin DB7, BMW Série 6 ou Série 8, Audi A8, Tesla Model X…
La carte TOTAL, un concentré de solutions pour votre MOBILITÉ !
Zéro Note de Frais, Espace Client dédié à la gestion de flotte, récupération TVA facilitée…

Composants et technologies : allier confort et sécurité

À l’image du reste du véhicule, les portières auto comportent elles aussi leur lot de technologies embarquées, pour offrir aux automobilistes une expérience de conduite plus sécuritaire et plus agréable. Revue des plus courantes.

  • Le voyant lumineux de portière entrouverte. Présent sur le tableau de bord de la voiture, il indique au conducteur lorsqu’une ou plusieurs des portières de son automobile sont mal fermées. Il est souvent associé à un signal sonore, en fonction des modèles de véhicules.
  • La fermeture automatique des portes. On connaissait le verrouillage central ou centralisé (« plip ») qui agit sur l’ensemble des serrures. Il est désormais possible de choisir la serrure à déverrouiller, ou de recourir à des systèmes « sans clés » pour gagner encore en confort.bouton portiere
  • La protection de la carrosserie. Différentes technologies permettent de prendre soin de votre véhicule et de protéger votre carrosserie des coups et des rayures lorsque votre auto est stationnée. Les protections pour portières s’adaptent à tous types de véhicules : joints en caoutchouc dans les interstices pour une ouverture sécurisée des portières, bandes transparentes sur les rebords pour préserver la peinture, bandes protectrices pour éviter frottements et chocs involontaires, protections magnétiques reposant sur un dispositif aimanté ou encore caoutchouc synthétique liquide qui s’applique comme une peinture classique… Les idées ne manquent pas !

Bientôt la fin des poignées de voiture ?

Alors qu’on attend le moment où les voitures seront vraiment capables de rouler de manière autonome, les progrès technologiques investissent également la portière. L’équipementier allemand Kierkert travaille en effet sur un système qui permettrait aux portières des véhicules de s’ouvrir automatiquement. A la clé, il sera donc question de supprimer les poignées !

Baptisé NuEntry, ce système implique de simplement toucher la portière pour actionner son ouverture grâce à la présence de capteurs. Le but : supprimer les poignées, donc, mais aussi les complexes mécanismes d’ouverture et de fermeture. A la clé, la voiture gagnera en pureté dans le dessin de ses portières et gagnera un peu de poids.

Kiekert va plus loin dans l’automatisation des portières avec un système qui empêcherait d’ouvrir les portes dans certaines situations, afin d’éviter les chocs avec d’éventuels obstacles que le conducteur ou les passagers n’auraient pas vus. Le système, i-Protect, crée en effet une forte résistance dans la portière, dissuadant de l’ouvrir complètement. Bienvenue dans le futur !

Assurances : qui est responsable lors d’un accident de portière ?

accident portiereQui dit voiture dit possibilité d’accident… Et dans un véhicule arrêté ou stationné, si un passager décide de descendre et d’ouvrir sa portière, il peut provoquer un accroc. Pour déterminer à qui en incombe la responsabilité, trois cas de figures existent.

  • Le conducteur ouvre la portière au moment de l’accident. La responsabilité est alors totale (100 %) : l’assurance sera chargée de l’indemnisation ou des réparations envers les victimes.
  • La portière est déjà ouverte au moment de l’accident. Même règle : le conducteur du véhicule est 100 % responsable. Laisser une portière ouverte représente en effet un danger pour les usagers.
  • Le partage de responsabilité. Il faut faire la différence entre « ouvrir la portière » et « portière déjà ouverte ». Lorsque l’usager est déjà dans le véhicule, l’article R.417-7 du Code de la route prend effet. Il « interdit à tout occupant d’un véhicule à l’arrêt ou en stationnement d’ouvrir une portière lorsque cette manœuvre constitue un danger pour lui-même ou les autres usagers ». Si le conducteur est debout, proche de la voiture, la loi Badinter s’applique (n° 85-677 du 5 juillet 1985) : le conducteur et les passagers sont alors considérés comme des piétons. La responsabilité peut ainsi être partagée dans les exemples suivants : modification brusque et soudaine de la trajectoire du véhicule, dépassement de la vitesse limite autorisée, non activation des feux du véhicule.

Bien sûr, pour déterminer la responsabilité d’un accident de portière, il conviendra de signaler à la compagnie d’assurance tous les éléments pouvant l’aider à interpréter l’accident.

TOTAL FLEET Le Mag vous recommande aussi :
Ce qu’il faut savoir sur les clés de voiture…


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA