La prime à la conversion rabotée dès le 1er août

Temps de lecture : 2 minutes

La prime à la conversion a généré plus de 250 000 demandes depuis son lancement en 2017. Un succès qui coûte cher et qui incite le gouvernement à revoir son dispositif dès le 1er août. Pouvez-vous encore en bénéficier ?

Le dispositif d’aide au remplacement de véhicule ancien par un autre moins polluant a séduit de nombreux Français, y compris des personnes n’en ayant pas réellement besoin. Trop par rapport au budget prévisionnel défini, avec un rythme de 10 000 dossiers par semaine depuis le début de l’année… Conséquence : un décret a vu le jour le 17 juillet, pour une entrée en vigueur le 1er août, afin de redéfinir les règles d’éligibilité. Il s’avère, comme prévu, nettement moins généreux.

Moins de véhicules éligibles à la prime à la conversion

Pour bénéficier de la prime à la conversion, il faut acquérir un nouveau véhicule neuf ou d’occasion :

  • immatriculé en France ;
  • avec un taux d’émission de CO2/km inférieur ou égal à 116 grammes (contre 122 grammes auparavant) ;
  • sans le céder dans les 6 mois après acquisition ou avant d’avoir parcouru 6 000 kilomètres (un an et / ou 2 000 km pour les véhicules à 2 ou 3 roues moteur ou quadricycle à moteur) ;
  • n’étant pas sévèrement endommagé ;
  • avec un prix inférieur à 60 000 euros (bonus et location de batterie compris), même pour les électriques. Ce qui n’était pas le cas avant le 1er août.

A noter que les véhicules Crit’Air « électrique », 1 et 2 (mais seulement ceux neufs et immatriculés après le 1er septembre 2019) sont éligibles.

La carte TOTAL, un concentré de solutions pour votre MOBILITÉ !
Zéro Note de Frais, Espace Client dédié à la gestion de flotte, récupération TVA facilitée…

Montant de l’aide : de nouveaux critères d’attribution

Les montants octroyés aux demandeurs vont également être rabotés. Les conditions d’attribution sont en effet modifiées et se montrent moins favorables. Le revenu fiscal de référence par part sera pris en compte, alors que seul le caractère imposable ou non était considéré avant le 1er août. Malgré tout, les revenus les plus modestes (moins de 32 000 euros par an) pourront toujours récupérer 5 000 euros lors de l’achat d’un véhicule électrique ou hybride neuf ou d’occasion peu émetteur de CO2.

Avez-vous bénéficié de la prime à la conversion ? Que pensez-vous de cette décision prise très rapidement ? Commentez et donnez votre avis sur les réseaux sociaux de TOTAL FLEET Le Mag : LinkedIn, Facebook et Twitter.

TOTAL FLEET Le Mag vous recommande aussi : 2019, une année de changements dans votre gestion de parc auto…


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA